Résumé historique de la bataille de la Malmaison

Dossier constitué par Monsieur Dublineau

Résumé historique de la bataille de la Malmaison

La 67ème Division d’Infanterie qui tenait depuis le début d’Octobre le secteur Epine de Chevregny – route de la Chapelle Ste Berthe, aurait pour mission de couvrir à droite l’attaque de la 6ème Armée, en allant elle-même à la conquête de l’Eperon de Sainte Berthe. 

Le 23 octobre 1917, malgré les fatigues d’une longue et pénible occupation du secteur, après avoir été soumis pendant deux jours à un bombardement intense et à un très violent tir de contre-préparation de plusieurs heures immédiatement avant l’opération, a subi de ce fait de lourdes pertes, les 283ème et 288ème Régiments d’Infanterie se portent bravement à l’attaque, atteignent et dépassent leurs premiers objectifs et résistent pendant deux jours à toutes les contre-attaques ennemies, menées par la 5ème Division de la Garde Prussienne. L’attaque ne peut être poussée alors jusqu’au 2ème objectif, la Division de Chasseurs placée à la gauche ayant été arrêtée dans sa progression.

Le 25 octobre, le 369ème Régiment d’Infanterie, mis à la disposition du général commandant la 67ème Division se porte à son tour à l’attaque et enlève la totalité de l’Eperon de la Chapelle Sainte Berthe en une série de combats meurtriers. 

Le 26 octobre, le 369ème RI, exploitant son succès de la veille, s’empare de Filain, tandis que le 220ème RI occupe la ferme de la Royère.
A la suite de ces actions d’éclat, le 283ème RI, le 369ème RI et le 5ème bataillon du 288ème RI sont cités à l’ordre de l’Armée avec les motifs suivants :

283ème Régiment d’Infanterie :
« Le 23 octobre 1917, sous le commandement du Colonel LEVY, après avoir subi deux jours de bombardements intense et un très violent tir de contre-préparation de plusieurs heures, s’est lancé à l’assaut à l’heure fixée, sans se préoccuper de ses lourdes pertes, et s’est emparé de deux lignes de tranchées ennemies sur lesquelles il s’est maintenu, repoussant les violentes contre-attaques des troupes de la Garde Prussienne. »

369ème Régiment d’Infanterie :
« Sous le commandement du Colonel BERARD, s’est porté à l’attaque le 23 octobre 1917, avec une fougue irrésistible et un élan admirable ; s’est emparé d’un bond de son objectif, malgré la résistance acharnée des fantassins ennemis, a fait 205 prisonniers dont 3 officiers et s’est emparé d’un matériel nombreux et important dont 40 mitrailleuses. »

5ème Bataillon du 288ème Régiment d’Infanterie :
« Le 23 octobre 1917, sous le commandement du Chef de Bataillon LAGOUB.., après avoir subi deux journées de bombardement intense et un très violent tir de contre-préparation de plusieurs heures, s’est lancé à l’assaut à l’heure fixée, sans se préoccuper de ses lourdes pertes, et s’est emparé de deux lignes de tranchées ennemies sur lesquelles il s’est maintenu, repoussant les violentes contre-attaques des troupes de la Garde Prussienne. »

 

Pertes au cours de ces combats (tués, blessés ou disparus)

Officiers                             38

Hommes de troupe            1562

 

Moyens mis à la disposition du Général Commandant la 67ème Division

 

A/ Eléments organiques de la Division

 

1/ Infanterie    =         3 régiments à 3 bataillons       =         220ème, 283ème, 288ème RI
2/ Artillerie      =         le 218ème R.A.C.        3 groupes de 75 à 3 batteries
                                la 110ème Batterie d’A.T.        6 canons de 58
                                                                        6 mortiers Van Deuren
3/ Génie          =         2 Compagnie Divisionnaires             =         la 17/13, la 17/63
                                1 Cie de Parc                               =         la 17/24

 B/ Moyens supplémentaires

1/ Artillerie       =         a/ A.C             =         une A.D : l’AD/88

                                 b/ A.L.C          =         1 groupe 155 CTR (VII/109)                                                                                                                                1 batterie de 155 Filloux (VII/82)                                                                                                                          1 batterie de 220 M. de position (4 pièces)                                                                                                              1 batterie de 270 de côte (…/73) (4 pièces)

                                 c/ A.T             =         1 batterie de 58 A.T.A.                                                                                                                                      16ème groupe A.T.A. = 3 batteries de 58                                                                                                                                              1 batterie de 240                                                                                                                           T (6 pièces de 240 court)                                                                                                                        1 batterie de 240 T (3 pièces de 240 T) du …/10                                                                                                      1 batterie 75/150 (la 152/11)
De plus, pour la destruction de gros abris et de creutes, il pouvait être fait appel à l’A.L.G.P.

 

2/ Aéronautique          =         Escadrille 59

                                               Ballon 71

 

3/ Travailleurs            =         a/         1 bataillon à 3 compagnies de 47ème R.I.T.

b/         2 bataillons de la Division au repos ont travaillé dans le secteur d’une façon irrégulière à cause des relèves.

 

4/ 2 compagnies de mitrailleuses spécialisées dans le tir indirect (1 du 47ème R.I.T., 1 du 212ème RI)

                      

 

 

___________________________________________________________________________

Combats dans la région de la Chapelle Sainte-Berthe, prise de Filain

 

Les unités engagées pour la reprise de Filain appartenaient au 39ème Corps d’Armée (commandé par le général DELIGNY) et pour la région qui nous intéresse (Chapelle Sainte Berthe), à la 67ème Division d’Infanterie (commandée par le Général SAVY)

Le Colonel POUGET commande l’Infanterie de la 67ème Division

Le Colonel LEVY commande le 283ème R.I.

Le 288ème R.I., le 220 R.I., Section de projecteurs

Le 6ème Bataillon du 369ème R.I.

 

Cette Division, ce jour là, a retenu devant elle plusieurs régiments d’élite de la Garde Prussienne (plus de 8000 prisonniers et nombreux matériels).

 

L’attaque sur le piton de la Chapelle Saint-Berthe a été reprise le 25 octobre 1917 par le 369ème R.I. à 14 heures.

 

Les troupes d’assaut ce jour-là étaient constituées par :

-       le 4ème Bataillon du 369ème R.I.

-       1 Compagnie du 5ème Bataillon du 369ème R.I.

-       1 Compagnie du 6ème Bataillon du 369ème R.I.

-       4 Batteries de l’Artillerie Divisionnaire (218ème RAC) ont appuyé cet assaut.

-       la Compagnie 32/2 du 1er Régiment du Génie, commandée par le Capitaine DE LA HAMELINAYE.

 

Dans les nuits du 28 au 29 et du 29 au 30 octobre, les éléments encore en ligne de la 67ème D.I. sont relevés par les éléments correspondants de la 88ème D.I.

Des cavaliers du 12ème Régiment de Hussards avaient été également mis à la disposition du général commandant la 67ème D.I.

 

___________________

 

1ère attaque le 23 octobre 1917 à 5H15 du matin.

Dernière phase finale de l’opération, c’est à dire le 3ème bond vers la région Nord de la Chapelle Sainte-Berthe.

C’est le 369ème d’Infanterie qui a enlevé brillamment, dans la journée, l’Eperon de la Chapelle Sainte Berthe, pendant que des éléments des 5ème et 28ème Bataillons de Chaseurs occupaient les pentes Est du ravin des Bovettes.

L’attaque du 25 octobre vise l’enlèvement de l’Eperon de Pargny-Filain. Aidant la 67ème D.I., cette attaque est exécutée sous les ordres du Lieutenant-Colonel CLEMENT-GRANDCOURT par les 6ème et 27ème Bataillons, appuyés par le 67ème B.C.A. (de la 66ème D.I.).

Le 28ème B.C.A., formant une attaque secondaire, aura pour but de réoccuper la tranché du Salpêtre, en liaison avec des éléments de la 67èmes D.I.

Le 25 octobre à 14 heures, le 11ème CA et le 39ème CA participent à ……………………………… = s’emparer de Pargny-Filain.

Mission du 39ème Corps d’Armée = s’emparer de l’éperon de la Chapelle Sainte-Berthe.

 

La 67ème Division a enlevé le 26 octobre au matin Filain où de nombreux prisonniers furent faits.

 

 

Période préparatoire à l’attaque                                             7 au 17 octobre 1917

 

Préparation d’artillerie                                                          17 au 22 octobre

 

Attaque                                                                                 23 octobre

 

Attaque de la Chapelle de Sainte Berthe                               25 octobre

 

 

Détachement formé des 5ème et 28ème Bataillons de Chasseurs Alpins

 

Butin du 5ème Bataillon le 25 octobre

 

-       8 mitrailleuses légères

-       3 mitrailleuses lourdes

-       12 grenatenwerfer

-       72 caisses de cartouches de mitrailleuses

-       11 lance bombes

-       5 minen de 240

-       1 minen de 150

-       75 obus à miner, nombreuses caisses de cartouches

 

Une centaine de prisonniers dont 3 officiers (dont le Lt Schall de Beaulieu)

 

 

Butin du 28ème Bataillon le 25 octobre

 

-       15 minen de 17

-       6 minen de 24 avec munitions

-       12 mitrailleuses

-       nombreuses caisses de grenades et de cartouches

-       1 périscope géant

 

Une centaine de prisonniers.

 

 

L’emplacement du PC de Division, le jour de l’engagement du 23 octobre fut implanté à CHAVONNE.

L’emplacement du PC du Corps d’Armée, c’est à dire, du 39ème Corps d’Armée dont dépendait la 6èème D.I. fut implanté à la FERME DE LA MONTAGNE.

Les PC de la 87ème D.I. à SOUPIR et celui du QG de la 88ème D.I. à …..

 

 

Signification de quelques sigles notamment d’artillerie

 

            AC      Artillerie de Campagne

            ALC    Artillerie Lourde Courte

            AT      Artillerie de Tranchée

            AL      Artillerie Lourde

            AD      Artillerie Divisionnaire

 

 

Renseignements concernant les cavernes ou creutes données le 10 août par des prisonniers

 

a/ Caverne à l’Ouest de la Chapelle Sainte-Berthe

 

La caverne située sous la Chapelle serait inhabitée. Une autre creute existe à l’Ouest de la route de Filain, à 35 mètres au Nord Ouest des ruines de la Chapelle. Elle comporte deux entrées : l’entrée Nord est à 5 mètres, l’entrée Sud à 15 mètres de la route. Cette creute abritait fin juillet une Compagnie de réserve.

 

b/ Carrière de la Ferme Saint-Martin

 

A l’extrémité Nord de l’Eperon de la Chapelle Sainte-Berthe existe une carrière de pierre tendre assez vaste. L’entrée est à une dizaine de mètres au Sud de l’aile méridionale du bâtiment de la Ferme Saint-Martin. L’épaisseur du ciel de cette carrière est faible. Des prisonniers ont situé l’entrée de cette carrière à l’Ouest de la route de la Chapelle Sainte-Berthe ; il est possible que l’ennemi ait créé en ce point une seconde entrée permettant l’accès par les pentes Ouest de l’Eperon. La capacité de cette carrière serait de 2 compagnies.

 

 

La 67 ème Division d’Infanterie (qui nous intéresse en l’occurrence puisque ce sont des éléments de cette division qui ont combattu sur Sainte-Berthe) commandée par le Général SAVY, appartenait au 39ème Corps d’Armée commandé lui-même par le Général DELIGNY et le 39ème CA appartenait, lui, à la 6ème Armée commandée par le Général MAISTRE.

Le Lieutenant Colonel TEISSIER commande l’Artillerie Lourde du 39ème C.A.

Le Colonel RAGUIN commande l’Artillerie du 39ème C.A.

Le Lieutenant Colonel GERARD commande l’Artillerie de la 67ème Division.

 

Deux abris à mitrailleuses à Filain ont nécessité 300 coups de 155 c

Creutes Ste Berthe et St Martin                             60 coups de 370

Abris cavernes à l’Ouest de Ste Berthe                250 coups de 220

 

(Ceci pour vous donner une idée du déluge de feu que cela pouvait représenter, et ce …. Uniquement pour l’artillerie divisionnaire et que pour la région immédiate de Ste Berthe).

 

 

Suite à l’attaque du 25 octobre, compte rendu des renseignements sur l’ennemi du 25 au 26 octobre de 8 à 8 heures (C-R en provenance du 2ème Bureau du 39ème C.A.)

 

1/ Physionomie générale

Notre attaque sur l’Eperon de Ste Berthe a brillamment enlevé tous ses objectifs. Nous avons fait 75 prisonniers, pris 6 mitrailleuses, 3 fusils-mitrailleurs.

Dans la matinée du 26, l’ennemi visiblement désemparé a tenté de faire jalonner par avion sa ligne au Nord de l’Ailette.

Sur le front de notre Division de droite, il tient toujours solidement ses premières lignes qui paraissent constituer pour lui une charnière précieuse. Nos reconnaissances poussées sur le boyau Long et sur la tranchée de Froidmont ont été accueillis à coup de fusil.

 

2/ Ordre de bataille

56 prisonniers du 20ème Infanterie Regiment dont 2 officiers

17 du 154ème Inf. Reg.

2 du Garde Feld Artillerie Regiment dont 1 vice-feldwebel

Les prisonniers du 154ème Inf. Reg. (9ème D.I.) appartiennent tous au 1er Bataillon de ce régiment, qui parti de Lies a été envoyé en soutien du 20ème régiment.

Présence dans le ravin de la Source, de mitrailleurs et de servants de minenwerfer appartenant au 7ème grenadiers (9ème D.I.). Les ordres donnés prescrivaient de défendre coûte que coûte la position en attendant des renforts.

 

Déclaration des prisonniers : Des éléments du 24èmes Inf.Regt (6ème de la Garde) auraient été vus dans la région au Nord de la Chapelle Sainte Berthe. Ces éléments, qui, faisant des reconnaissances de terrain, auraient déclaré que de puissantes contre-attaques devaient être montées et que, non seulement on nous reprendrait tout le terrain perdu, mais encore on nous rejetterait du plateau du Chemin des Dames.

La 6ème Division vient de Russie. Les prisonniers auraient également entendu parler de la présence du 8ème Grenadiers (5ème Div. De la Garde).

Notre attaque du 25 octobre sur la Chapelle Ste Berthe aurait été une surprise pour le commandement subalterne allemand. Il s’attendait à une contre-attaque générale sur Chavignon. Les commandants de Bataillon n’auraient pas été tenus au courant de la situation générale ; ils n’auraient simplement reçu l’ordre de tenir coûte que coûte sur leurs positions.

 

3/ Infanterie

Assez active dans le secteur de notre Division de droite (lancement de grenades à ailettes, coups de fusil, fusées éclairantes).

 

4/ Artillerie

L’activité de l’artillerie allemande est en diminution, les tirs de harcèlement sont moins nourris. Total des coups : environ 1500 dont 450 de 77, 850 de 105 et 200 de 150.

 

5/ Minenwerfer

faible activité. Environ 40 minen sur l’ensemble de la région Froidmont, Braye dont plusieurs de très gros calibre.

 

 

Compte-rendu des événements survenus sur le front du 39ème C.A. du 25 au 26 octobre 1917 (de 8h à 8h), C-R en provenance du 3ème Bureau de l’Etat-Major du 39ème C.A.

 

1/ Opérations au cours de la journée

Le 24 octobre au soir, le 39ème C.A. envoie à la 67ème Division d’Infanterie l’ordre d’opération No 125 :

Ordre de compéter dans la journée du 25 la conquête de l’Eperon de la Chapelle Sainte-Berthe.

L’attaque sera menée par 5 compagnies du 369ème en liaison à gauche avec la 66ème Division d’Infanterie.

 

Le 25 au matin, conformément à l’ordre de l’Armée téléphoné à 10h15, le front d’attaque de la 67ème D.I. s’étend à l’Ouest jusqu’à la route Les Bovettes – Pargny-Filain. Les 5ème et 28ème Bataillons de Chasseurs passent sous le commandement du Général SAVY, commandant la 67ème D.I.

A 14 heures, exécution de l’attaque conformément à l’ordre d’opération No 125 du 39ème Corps d’Armée.
A gauche, les chasseurs s’emparent des carrières du Charbon, mais leur progression dans le ravin des Bovettes est pénible. L’ennemi leur oppose une sérieuse résistance.
A droite, après une lutte très dure, Chasseurs et 369ème s’emparent d’un superbe élan de tout l’Eperon de la Chapelle Sainte-Berthe qu’ils coiffent et sur lequel ils s’établissent solidement.
De nombreux cadavres allemands gisent sur le terrain.
80 prisonniers dont 2 officiers restent entre nos mains.
La situation en fin de journée est la suivante : les chasseurs sont définitivement arrêtés dans le ravin des Bovettes et s’établissent solidement. Leur droite, accrochée aux pentes Nord Ouest de l’Eperon de la Chapelle Sainte-Berthe est prolongé à l’Est par le 369ème qui contourne au Nord la Ferme Saint-Martin.

Au cours de la journée, deux reconnaissances envoyées, l’une sur la Royère, l’autre sur la Tour de la Balle, ont trouvé les tranchées ennemies fortement occupées.

Au cours de la nuit, des reconnaissances sont poussées sur Filain, deux autres vers l’Epine de Chevrigny et Froidmont.
Toutes sont reçues à coups de fusils.

 

2/ Relèves et mouvements

Le 5/288 remonte en réserve à Rochefort.

Le 315ème R.I. prend position : 1 bataillon à Chavonne, 1 bataillon à Saint Mard, 1 bataillon à Cerseuil-Limé.

 

3/ Pertes

67ème D.I. (ne peut envoyer encore aucune précision)

87ème D.I. 17 blessés – 6 intoxiqués

 

4/ Consommation de munitions

75                   34960

95                     2951

120 L                2061

155 L                1602

155 C                1004

220                       52

 

58 T                  1613

75 T                  2090

150 T                 266

240 T                   53

 

 

(Voyons maintenant côté ennemi)

 

Unités Allemandes engagées sur le front d’attaque du 39ème C.A. du 17 au 25 octobre 1917

 

1/ Vues d’ensemble

 

D’après l’ordre de bataille ennemi présumé devant le front du 39ème C.A., les attaques d’infanterie exécutées par le C.A. devraient vraisemblablement rencontrer d’abord les éléments de la 5ème Division de la Garde ci-dessous énumérée :

1/ Aile gauche du Bataillon Ouest du 20ème Inf.Reg. (route de Filain)

2/ Totalité du Bataillon Est du 20ème Inf.Reg. (boyau du Laiton)

3/ Aile droite du Bataillon Ouest du 3ème Garde à pied (Boyau du Lait, Boyau de la Ferme)

 

En fait, l’ennemi a opposé aux attaques du C.A. :

1/ Le 23 octobre : une partie du 2ème Bataillon du 20ème Inf.Reg. renforcé par la 4ème Compagnie du 154ème Inf.Reg. (de la 9ème Division), tout le 3ème Bataillon du même régiment (154ème), enfin, une partie du 3ème Bataillon du 3ème Garde à Pied.

 

2/ Le 25 octobre : les éléments restants des 3 Bataillons du 20ème Inf.Reg……par les 2ème et 4ème Compagnies du 154ème Inf.Reg.

 

2/ 20ème Infanterie Regiment

 

1er Bataillon

Ce bataillon tenait au début de notre préparation d’artillerie le secteur du ravin de la source Sainte Berthe ; les 2 compagnies en première ligne ont subi nos tirs des 17, 18 et 19 octobre ; la 2ème compagnie qui était placée en soutien à la tête du ravin a perdu la moitié de son effectif par suite de l’effondrement de la creute Ernst-August ; la 1ère compagnie a été presque anéantie en première ligne. Le bataillon aété relevé dans la nuit du 19 au 20 octobre et envoyé au repos à Laval puis à Laon. Alerté le 23, il est revenu en ligne dans la nuit du 23 au 24 et les débris des 3ème et 4ème compagnie sont allé renforcer le 2ème bataillon sur l’Eperon de la Chapelle Sainte-Berthe. Ces 3ème et 4ème compagnies ont donc subi la nouvelle attaque du 25 après-midi.

 

2ème Bataillon

Ce bataillon tenait depuis le 14 octobre les tranchées du Soufre et de Dantzig. Pendant les 6 jours de la préparation d’artillerie, les compagnies ont été placées à tour de rôle dans les tranchées et dans les abris des pentes Ouest de la Chapelle Sainte-Berthe.

Les pertes ont été infimes dans les abris des pentes, assez lourdes dans les tranchées. Avant le 17, l’effectif moyen des compagnies des compagnies était de 100 à 120 combattants.
Le 25 au matin, la 5ème compagnie ne disposait plus que de 15 hommes, la 6ème compagnie de 25, la 7ème de 40 et la 8ème de 60. Ces éléments ont tenté de s’opposer à l’attaque du 25 après-midi mais ils ont été capturé ou mis hors de combat ; de l’avis unanime des prisonniers, il ne subsiste actuellement presque rien du 2ème Bataillon.

 

3ème Bataillon

Ce bataillon, venu du Camp forestier de Laval est monté en ligne dans la nuit du 19 au 20 pour relever le 1er bataillon avec un effectif de 90 à 100 hommes par compagnie. En cours de route la 11ème compagnie a perdu 10 combattants, la 10ème, 30 ou 40 près du Pont à l’Ouest du Bassin d’Alimentation. Les 9ème et 11ème compagnies ont été éprouvées par l’attaque du 23. Il semble que la 12ème compagnie ait moins souffert que les autres.

 

3/ 3ème Garde à Pied

Ce régiment n’a que faiblement participé aux actions d’Infanterie.

Le 1er Bataillon, qui occupait le secteur de la Royère du 17 au 19 au soir a perdu la presque totalité de ses 2 compagnies de soutien lors de l’éboulement de la Grosse Höhle. Il a glissé dans la nuit du 19 au 20 dans le secteur boyau Béchade, boyau de la Chute.

Le 2ème Bataillon a tenu du 17 au 19 le secteur Boyau Béchade, boyau de la Chute. Mis au repos le 20, il a du être assez peu éprouvé.

Le 3ème Bataillon qui a remplacé le 1er dans le secteur de la Royère dans la nuit du 19 au 20, n’est venu en ligne qu’avec 80 à 100 combattants par compagnie. Les prisonniers déclarent que le bataillon a subi des pertes par nos tirs d’interdiction lors de la relève, mais qu’il a relativement peu souffert en ligne les 20, 21 et 22 octobre.

 

4/ 154ème Infanterie Regiment (1er Bataillon)

La 4ème compagnie venue le 22 en renfort du 2ème bataillon du 20ème Inf.Reg. à 90 fusils, ne comptait plus que 55 hommes après l’attaque du 23. La 2ème compagnie arrivée sur l’Eperon de la Chapelle Sainte-Berthe le 24 a été prise sous nos feux près de Filain et très durement éprouvée.

Les deux compagnies ont subi le 25 le même sort que le 2ème Bataillon du 20ème Inf.Reg. ; elles peuvent être considérées comme anéanties.

 

5/ En résumé

Du 17 au 25 octobre 1917, devant le front du 39ème C.A.

1/ La 5ème Division de la Garde a perdu la presque totalité d’un Régiment (20ème I.R.) et au moins 50% de l’effectif de 2 Bataillons du 3ème Garde à Pied ( les pertes de l’autre bataillon sont inconnues).

 

2/ La 9ème Division a perdu 2 compagnies au moins du 1er Bataillon du 154ème I.R. Cette division paraît avoir été dispensée par morceaux pour combler les vides sur le front des 11ème et 39ème C.A. et pour aider les éléments désorganisés des 5ème Division de la Garde et 47ème D.R., à retarder notre poussée.

 

 

 

Ordre Général No 75 du Général DELIGNY, Commandant le 39ème Corps d’Armée (En date du 5 novembre 1917)

 

Dans la bataille victorieuse qui vient de se terminer par l’occupation de tout le Chemin des dames, le Corps d’Armée a eu à jouer un rôle ingrat et obscur.

 

Placé vis-à-vis du point sur lequel s’appuyait l’armée allemande pour exécuter son changement de direction en arrière sous la pression des corps à notre gauche, le 39ème Corps d’Armée a eu à fournir un effort considérable pour réaliser la progression qui lui était imposée, en refoulant les troupes ennemies placées en cet endroit et réputées excellentes, comme la V D.I. de la Garde et la 9ème D.I.

 

Cet effort, toutes les troupes du Corps d’Armée y ont participé et les 3 divisions peuvent enregistrer chacune des épisodes particuliers qui resteront dans l’Histoire.

La 67ème D.I., avec la glorieuse attaque fournie par le 283ème R.I. et le 288ème R.I., sur les tranchées du Salpètre et de la Mélinite, et avec la prise de la Royère par le 220ème R.I.

 

La 27ème D.I., avec son irruption soudaine sur la base de l’Eperon de Vaumaires par le 91ème R.I. et avec l’occupation des tranchées de la Vague et du Port par le 136ème.

La 88ème D.I., enfin, qui, laissée au début en réserve, a donné ensuite dans les deux secteurs en enlevant brillamment l’Eperon de Sainte-Berthe et le village de Filain avec le 369ème R.I., puis en poussant le 212ème sur les abris au Nord des Vaumaires et sur Abia.

 

Tous ces succès sont dus évidemment au courage et à l’endurance des troupes, mais aussi à une préparation très minutieuse et très soignée due aux divers Etats-Majors, à une Aviation qui, malgré le mauvais temps, a su renseigner le Commandement et régler les tirs, enfin à une entente parfaite avec l’Artillerie ; cette dernière Arme, aussi bien la Lourde que celle de Campagne que l’Artillerie de Tranchée, a fait un beau travail dont elle peut être fière à juste titre.

 

Il serait inique de ne pas faire ici mention des servoces si nécessaires rendus par le Génie et ceux rendus par le 11ème Dragons et le 12ème Hussards qui ne pouvant malheureusement pas, en raison des circonstances, faire œuvre de Cavaliers, ont contribué à l’établissement des liaisons en fournissant aux Divisions des coureurs agiles et braves, en aidant la Prévôté au maintien de l’ordre sur les routes, ils ont en outre permis aux approvisionnements de tout genre d’arriver en temps opportun aux combattants.

 

A tous, Services, Troupes, Etats-Majors, le Général Commandant le Corps d’Armée, qui a demandé des récompenses pour les Corps et pour les individualités qui se sont le plus distingués, adresse ses compliments et l’expression de ses désirs de les voir faire encore mieux le plus tôt possible pour assurer la victoire et libérer la France.

 

Signé  DELIGNY

General-Henry_Victor_Deligny.jpg