Histoire de la chapelle (3), la Maison de l'Arbre St Martin

l'Arbre St Martin

  Commanderie de Maupas, inventaire de 1669


La Maison de l’Arbre St Martin apparaît dans un inventaire datant de 1338, des biens de l’Ordre Hospitalier, commanderie hospitalière du Grand Prieuré de France. link

On peut supposer que les Archevêques de Reims aient fait don du domaine à l'Ordre des Hospitaliers. L'époque des croisades avait en effet engendré un immense élan de donation envers les Ordres protecteurs des lieux saints et des pèlerins.
L'Ordre des Hospitaliers

La Maison de l'Arbre St Martin était une Préceptorie rurale, dépendant de la Commanderie de Maupas, Diocèse de Soissons (dés l’origine une ferme hospitalière et non une ferme templière passée aux hospitaliers après le procès des templier).

La Préceptorie
(preceptorum domorum milicie) ou Maison (domus) était un centre habité, par une petite communauté, qui réunissait les trois fonctions essentielles de : maison conventuelle, poste fortifié, domaine d'exploitation agraire.

C'était généralement une grande ferme, pas forcément fortifiée, mais le plus souvent entourée d'un mur ou d'une haie. L'ensemble était édifié et aménagé en fonction du relief qui pouvait offrir une protection naturelle contre les pillards ; il était étroitement surveillé avec des tours aux angles. La ferme type était aussi bordée de douves et flanquée d'un étang poissonneux, elle se composait de :

- une habitation principale, résidence du commandeur,

- une salle du chapitre,

- un logis pour les frères (réfectoire et dortoir),

- une chapelle et un cimetière,

- un hôpital ou hospice pour les pèlerins,

- les logements des artisans et paysans.

Le rôle de la ferme était celui d'une entreprise agricole. Elle récoltait son blé, son foin, produisait son vin, son bois, sa viande et son poisson. Elle vendait les excédents sur les marchés par l'intermédiaire des préceptories citadines.

De la préceptorie rurale, dépendaient les membres dont elle percevait un revenu. C'était principalement la grange dîmière (grangie) exploitée par des métayers ou serfs affranchis par les Hospitaliers, mais toujours dirigée par un frère de l'Ordre. Cette grange percevait également des droits sur les foires et l'impôt des donats.

Vers la fin du XVème siècle, les Hospitaliers réunirent leur Commanderie de Maupas à celle du Mont-de-Soissons (à l'origine Commanderie templière) qui devint le siège de la nouvelle baillie. Le commandeur était seigneur et haut justicier du Mont-de-Soissons. Il percevait un grand nombre de cens et de rentes. link

Les Hospitaliers ont conservé leurs possessions en France jusqu’en 1789. La Révolution dissout l'Ordre Hospitalier en France et saisis tous ses biens.

La Maison de l'arbre St Martin a-t-elle alors été brûlé comme de nombreux biens religieux ?
On en trouve mention dans le Mémoire de Géographie....