l'union

Publié le par Vincent Leduc

Journal quotidien l’union

CHAMPAGNE ARDENNE PICARDIE

10 novembre 2009

Les oubliés de la Grande Guerre

Albert Leduc, l'arrière grand-père de Vincent Leduc aujourd'hui héritier le la chapelle Sainte-Berthe, située au coeur des combats entre 1914 et 1917.

1910 Albert devant la chapelle St Berthe

AISNE. La première Guerre mondiale, à la mode depuis des années, réserve encore des secrets. Des histoires restent largement ignorées comme celle du seul soldat d'origine chinoise, tué lors de ces années tragiques.

Pendant cette époque des hommes meurent et souffrent, des monuments sont détruits, un patrimoine piétiné qui peine à revivre. La Chapelle Sainte-Berthe, située à Filain, sur le front Allemand entre 1914 et 1917, mérite ainsi d'être découverte. Une association tente aujourd'hui de la restaurer. Un combat bien utile pour que notre mémoire ne partent pas en lambeaux.
 

FILAIN  

La chapelle Sainte-Berthe ouverte demain au public

 

Vincent Leduc, réalisateur de documentaires, devant la chapelle ouverte pour le 11-Novembre.
 

Elle témoigne de l'histoire bouleversée du département. Une chapelle privée à Filain raconte les guerres. Son propriétaire sert de guide au public.

ELLE se dresse au bout d'un chemin au sommet d'une butte à Filain qui permet d'apercevoir la cathédrale de Laon, pourtant distante d'une quinzaine de kilomètres. La chapelle Sainte-Berthe, édifiée au XIXe siècle, est le signe de la ténacité des hommes.
Incendiée par les Cosaques, pendant la campagne de France en 1814, maltraitée par les Prussiens en 1870, elle a complètement été rasée en octobre 1917 par l'artillerie française. Dix ans plus tard, elle a été reconstruite avec des dommages de guerre par la famille Leduc, propriétaire des lieux depuis le XIXe siècle. Aujourd'hui, Vincent Leduc veut poursuivre l'histoire de cet endroit utilisé pour des pèlerinages pendant douze siècles jusqu'après la Seconde Guerre mondiale. « C'est une question de générations. Mon arrière-grand-mère maternelle a reconstruit la chapelle et ma grand-mère l'a entretenue. Mon oncle a pris ensuite le relais. C'est à nous, fils et neveux, de continuer », explique le collaborateur de l'émission de voyages « Échappées belles » sur France 5.
La famille possédait autrefois plus de 400 ha de terre formant la ferme La Royère
A un moment, elle a été tentée de faire un legs du monument au conseil général. La législation a compliqué la donne, car la chapelle est aussi lieu de sépultures. Une valeur symbolique Vincent Leduc veut assumer aujourd'hui cet héritage

minuscule. Le bâtiment s'étend à peine sur cinquante-cinq mètres carrés, mais sa valeur symbolique est tout autre.
« Si elle n'a aucune valeur matérielle, elle conserve une énorme signification pour la mémoire. Elle nous interroge aussi sur la valeur de nos racines. Faut-il les couper ? » Lui répond par la négative.
Plusieurs plaques apposées sur un flanc de pierre rappellent le sacrifice de ceux qui sont tombés là. Le 23 octobre 1917, les hommes du 287e régiment d'infanterie ont particulièrement souffert comme un autre régiment du Gers à un autre moment.
Pour Vincent Leduc, la chapelle symbolise bien la volonté de vie après avoir été hantée par la mort. Il explique qu'à l'issue de la Première Guerre mondiale, de nombreux habitants considéraient que la terre creusée par la mitraille, ne permettrait plus de récolte. Et pourtant, les moissons sont revenues. Vincent Leduc a créé une Association pour la sauvegarde la chapelle Sainte-Berthe afin de réunir toutes les bonnes volontés désireuses de s'investir dans le développement du site. Déjà, il est prévu des journées d'ouverture régulières pour le 11-Novembre, le 16 avril, le lundi de Pâques et les journées du Patrimoine. « Il s'agit de reconstituer le récit de cet édifice. » Pour que l'histoire continue. Ouverte demain de 10 à 18 heures. à Filain (canton de

Vailly-sur-Aisne).

Article paru le : 10 novembre 2009

Les commentaires (1 commentaires)

HOUEL-FIOCRET le 10 novembre 2009 à 14h49

Bonjour. L'anniversaire du 11 Novembre ne peut se perpétuer sans un certain nombre de souvenirs par rapport à nos propres parents combattants mais il y a, tout comme pour cette chapelle Ste-Berthe, d'autres émotions qui s'invitent lorsqu'on évoque les alentours du village de Filain et notamment celle faisant suite à notre récente découverte de la stéle élevée en l'honneur du Caporal Trochu, à deux pas du village de Laffaux. Après multiples contacts avec le digne représentant de ce Musée sur Internet, j'ai exprimé un immense plaisir à venir compléter par mes clichés l'hommage qui lui était rendu après sa disparition le 7 avril 1917 à cet endroit, lors de son transport en ambulance. Non loin de là, sur les pentes séparant la rivière de l'Aisne et le Chemin des Dames, disparaissait 10 jours plus tard, le frère du Grand-Père de mon épouse, le Caporal Camille HOUEL, au lieu-dit le Mont Sapin sur la commune de Chavonne. Une visite sur sa tombe récemment, dans le cimetière de Bruyères-sur-Fère, auprès de son camarade et de ses parents, nous a permis de perpétuer également le souvenir au nom du respect que nous lui devons, poursuivant ainsi l'hommage que lui rendait périodiquement son frère Georges, décédé en 1981. Voilà donc avec cette chapelle une visite de plus qui s'impose. Serge Fiocret.


 

Publié dans Presse

Commenter cet article